14 juillet 2008

Le temps d'un...

Les volets claquent.
Et le vent s’engouffre.

Une pile de papiers sur la table basse.
Une cigarette qui se consume sur le rebord d’un cendrier.
« Elle finira sa vie au fond de la tasse à café celle là ! »

Le transistor tiens encore la route.
La Telefunken noir et blanc a rendu l’âme.
« Faudra penser à la balancer dans un coin de la pièce. »

Et ce fauteuil qui ne sert que « d’adossoir »
Moi qui n’aime tant que de me rapprocher du sol.
« J’aurais du garder mon vieux matelas et quelques coussins. »

Et ce foutu stylo qui crachote son encre avec parcimonie.
Et ce crayon à la mine usée.
« Où j’ai encore foutu cette merde de taille crayon ? »

Et toutes ces cassettes qui prennent la poussière.
D’ailleurs la plupart ont la bande magnétique pétée.
« Bah ! Un bout de scotch fera l’affaire. »

…………..

Les volets claquent.
Et le vent s’engouffre.

Pas envie de me lever.
La flemme sans doute.
Les muscles et le reste du corps happés par un bout de musique.

Partir au loin.
Encore et toujours.
« Une dernière chanson et je me lève. »

Et puis merde !
Je ne me lèverai pas.
C’est trop bon.
Je suis un junkie de l’imaginaire.
Un drogué des voyages neuronaux.

Je me ferai des fixes de Led Zepp’
Des lignes de Pink Floyd
Des injections de Essit

Je voyagerai quelque part sur l’île de Wight.
Je visiterai le côté obscur de lune.
Planqué dans des roseaux sur les bords du Nil., j’admirerai les « Karawan ».

……………..

Les volets claquent.
Et le vent s’engouffre.

Je suis Bien.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home