23 mars 2008

Cycle Aride

Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et un muezzin au petit matin.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et une abeille qui zigzague dans mon esprit.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et un sanglier qui surgit à vitesse v = …


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et le Palmier-Créateur qui s’élève au dessus d’une plaque de sel.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et le Palmier-Créateur me dit :

« Ne te prosterne pas,

Ne m’adore pas,

Ne me considère pas. »


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

J’ignore le Palmier-Créateur et continue ma route.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et le Scorpion-Vie, sur une dune, scrute le Monde de ses yeux clos.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent

Et le Scorpion-Vie me dit :

« Prends la couleur du sable afin que je te voies. »


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Je m’extirpe de ma carapace,

Et Nu je m’allonge sur le sable.

Et le Scorpion-Vie me voit.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

La Lumière-Vérité, de son firmament, refroidit la Terre de son ardeur.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Et la Lumière-Vérité me dit :

« Toi qui est enfin NU

Accouples toi avec moi. »


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Du sable je m’extirpe,

Et avec la Lumière-Vérite je m’accouple.

Le Palmier-Créateur se prosterne devant Moi,

Le Scorpion-Vie ouvre ses yeux et s’aveugle,

La Lumière-Vérite jouit de mille orgasmes.


Douze mille six cent soixante douze cloches qui retentissent.

Je ne me prosterne pas,

Je ne m’aveugle pas,

Je ne jouis pas.


Je suis enfin le Néant,

Je suis Dieu.


0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home