28 janvier 2008

Hémoglobine In Vitro

Madone à terre sous une pluie d’obus asséchés par le
cœur rachitique des costardisés qui assoiffent un peuple en nous abreuvant de paroles creuses.


Pauvre de nous, désabusés au point de zapper une fille en pleur entre un rectangle vert et un télé-crochet.


Rassasiés par le sang télégénique qui nous a englouti dans un flot de cinquante ans. Tous les barrages ont explosé, nos hurlements n’ont fait qu’engouffrer ce sang en nous et nous respirons le sang, nous aspirons le sang, nous puons le sang, nous vomissons le sang,
nous sommes le sang !


Résignés volontaires au programme mondial
"Travail contre Nourriture",
nous consommons le pain subventionné,
l’eau subventionnée, la tomate subventionnée,
l’essence subventionnée,
les misères du monde subventionnées.


Vitrifiés frigides qui déambulent leurs yeux vampirisés sur des vitrines bariolées de chemises signées prêtes à être portées sur leur peau vérolée en rotant
des relents de vitriol extirpé de leur
gorges crevassées par des hurlements étouffés.



Affectés,infectés par les images
basanées de barbus barbouzes
fragmentés en une multitude de champignons subatomiques
sous le regard horrifié d’imbus imberbes.
Ecumants les mosquées, psalmodiant,
l’haleine encore chargée de vin frelaté,
perdus dans un monde sans repères, exclus d’une
Histoire stérile et redondante.


Nous étions posés sur le bord en attendant que le train du progrès nous prenne, nous voilà allongés sur les rails en attendant qu’il nous écrase….

2 Comments:

Blogger Troubadour said...

Je veux glisser un commentaire digne de ce post, mais faute de temps, faute d'inspiration immédiate, faute de mots à ajouter, je vais m'en tenir là, là à dire que je suis d'accord...

15:07  
Anonymous Anonyme said...

Bravo!

11:09  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home