03 juin 2007

Joué d'Avance

On pourrait trouver au Maghreb une cohérence à la fois géographique et historique.

Géographique du fait que la région qu'on appelle communément Maghreb est délimitée (limite: obstacle/trait d'union):
- au nord par la Méditerranée
- au sud et à l'est par la Désert qui "isole" aussi bien du reste de l'Afrique que du Moyen-Orient.

Historique par sa spécificité "Berbère" qui perdure encore aujourd'hui de manière forte, du moins en Algérie et au Maroc.
A cette "spécificité" s'ajoute un semblant d'unité linguistique au niveau des différents dialectes utilisés dans la région.

Mais est-ce suffisant pour faire une Unité?

Jusqu'au XVème siècle peut être...Ce fût même pratiquement le cas avec les Almohades et les Almoravides.
Déjà, avec l'avènement du fait Ottoman, le Maghreb "Historique" s'est trouvé de fait divisé en deux entre les régions passée sous contrôle Ottoman (Algérie et Tunisie actuelle) et le Maroc.

Ensuite est venue la France et avec elle, le seul véritable et réel Apport de l'Occident à l'Histoire. L'invention fondatrice de la "civilisation" Occidentale: la NATION.

L'idée de Nation a apporté un transformation absolue et fondamentale du rapport de l'individu à son territoire. L'identité, en plus de se raccrocher à des appartenances religieuses (Islam), linguistiques (Arabe/Berbère) ou de sang (tribale) se retrouve liée à des concepts nouveaux tels qu'une frontière claire et déterminée, un drapeau, un hymne...

Cette dimension Nationale de l'identité qui a commencé à apparaître dès la première moitié du XIXè siècle (en Tunisie notamment) s'est cristallisée lors de l'épisode Colonial.

Les premièrs mouvements "indigènes" (le Detour en Tunisie, Ben Badis en Algérie) avaient une vision "classique" de la revendication identitaire (socle Religieux et donc transnational). Ces mouvements avaient contre eux un ancrage dans l'élite de ces pays (les Zeitouniens pour le Destour) mais un déphasage cruel avec la réalité d'un Monde Nouveau dans lequel les sociétés locales s'étaient engouffrée du fait de la colonisation et s'y étaient profondemment transformées.

Les mouvements qui eux ont amenés l'Indépendance étaient d'une toute autre nature. C'était des mouvements de masse, populaires, plus systématiques dans leur revendications, plus modernes dans leur organisation, plus extrêmes dans leur revendications.
Mais surtout, surtout, ils ont reposés leur puissance sur le thème du Nationalisme au sens Occidental, et donc "moderne", du terme. Et non pas un Nationalisme Religieux, ou Panarabe, un Nationalisme "Local".
L'Istiqlal était avant tout Marocain.
Le Néo-Destour était avant tout Tunisien.
Le FLN était avant tout Algérien.
C'est autour de ce Nationalisme "National" que se sont fixées les masses, devenant une force irréductible qui a acculé le Colonisateur à la retraite et ammenés LES Indépendances.

Comment alors, des masses, travaillées au plus profond d'elles-même par un Nationalisme Tunisien, Algérien, Marocain, auraient-elles pu réellement se fondre en une entité supérieure qu'est le Maghreb?

De plus, dans des pays où les dirigeants voir les élites dirigeants se sont arrogés tout les pouvoirs de Nations qu'ils ont eux même contribué à créer (même si ce n'est pas vair, ils le pensent et ils le disent ce qui, donc, revient au même) pourraient-t-ils accepter de se soumettre à une entité supranationale?
Comment auraient-ils pu ou pourraient-ils aujourd'hui accepter de rogner la moindre parcelle de pouvoir qu'ils se sont octroyés?


D'une part, donc, la Nation est entrée dans l'Histoire du Maghreb par la petite porte, celle fractionnée, en trois entités.
D'autre part, des régimes basés sur la Puissance, et dont la moindre altération peut être perçue comme une menace vitale.

Le Maghreb des peuples est donc, aujourd'hui, un fantasme comme a pu l'être le Panarabisme hier ou peut l'être le Panislamisme aujourd'hui.

Libellés : , , ,

4 Comments:

Blogger Big Trap Boy said...

Je ne crois pas que l'argument de l'état nation soit assez solide, sinon comment expliquer que les pays européens qui eux ont connu ce concept depuis des siècles et non pas depuis les années cinquante et soixante comme c'est notre cas, comment ont-il pû se soumettre à cette entité supra-nationale qu'est l'Union Européenne?

De tout façon ce que nous demandons pour une écrasante majorité c'est surtout l'intégration économique, culturelle et sociale. Parler de l'unité, qui elle seule s'oppose aux conceptions nationalistes, serait pour le moins prématuré à l'époque actuelle.

01:48  
Blogger Elyes said...

C'est bien parceque le concept de Nation est moribond en Europe qu'ils sont arrivés à mettre en place leur Union.
D'ailleurs dès que l'idée "Nationale" reprend du poil de la bête (comme c'est le cas maintenant) le "moteur" Européen cale...

14:00  
Anonymous ismael said...

Mon texte c'est pourquoi il faut pas que sa e fasse de ce tte manière-là, le tien c'est, vous cassez pas trop les burnes, ca se fera pas de toute façon, en tout cas pas maintenant...
Je suis assez d'accord, notemment pour un truc trés con, que j'ai cité sur mon blog et qui rejoint ce que j'ai dit l'autre fois sur le sujet, à savoir : "Je suis contre une Union Maghrébine parce que je ne peux pas m’empêcher de penser que se ne sera rien d’autre que : « Dictateurs de tous pays, unissez-vous. » Ce qui est de toute manière un contresens politique absolu, puisque un régime autoritaire ne s’unit à personne, sa paranoïa le pousse au contraire vers une unicité compacte et hermétique."
Au plaisir de te relire...

14:08  
Anonymous myriam said...

la coquille entre le Destour et le detour m'a faite sourire... Un lapsus, sans doute...

09:14  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home